Welcome Lounges AMA AMA with J.R. Léveillé

Viewing 14 reply threads
  • Author
    Posts
    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      Ask Me Anything

      with J.R. Léveillé

      thin air winnipeg international writers festival international ecrivains logo

      Originaire de Winnipeg, J. Roger Léveillé est l’auteur d’une trentaine d’œuvres, en tous genres, récompensées par divers prix littéraires dont le Prix de distinction en arts de la province du
      Manitoba. Il a été directeur littéraire aux Éditions du Blé et secrétaire du Winnipeg International Writers Festival pendant de nombreuses années. Un colloque international sur son œuvre a eu lieu en 2005 et il a été écrivain et professeur en résidence à l’Université de Rennes II en 2009.

       

      J. Roger Léveillé is the author of over 30 publications (novels, poetry, essays, hybrid genres) that have garnered various awards, amongst them the Manitoba Arts Award of Distinction. He was a longtime literary editor at Éditions du Blé, and secretary of the Winnipeg International Writers Festival. His work was the object of an international symposium in 2005 and he was guest writer and lecturer at the Université de Rennes in 2009. 

    • Bruno LagacéBruno Lagacé
      Participant
      Post count: 4

      `

    • Bruno LagacéBruno Lagacé
      Participant
      Post count: 4

      Il semble y avoir deux orientations fondamentales dans l’écriture, l’une ésotérique, l’autre terre-à-terre.
      L’ésotérique qui me paraît axée sur le littéraire, c’est dire sur la maîtrise des mots, la beauté et la qualité de la parole tel que l’on trouve entre autres chez un Bernard Pivot ou un Roger Léveillé.
      Le terre-à-terre qui est axé sur la vie tel que l’auteur la perçoit dans son vécu que l’on trouve entre autres chez un Rossel Vien ou un Bernard Mulaire.
      Comment perçois-tu cette façon de voir l’écriture?

    • Joy RenwickJoy Renwick
      Participant
      Post count: 16

      Bonjour Roger. I apologize for asking a question in English, but am wondering if you would share your thoughts on writing in different genres. Do you know when you start a piece what form it will take, or do you figure that out as you work on it? Have you ever handled the same content in two different forms?

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      C’est une vaste question. Permettez-moi d’offrir simplement les considérations suivantes. On peut être ému devant un tableau figuratif comme devant un tableau abstrait. Mais il s’agit toujours d’un tableau, de l’art formel du tableau. La littérature est semblable, c’est un art. L’art de l’écrit. Bien sûr, on n’écrit pas de la même façon un topo journalistique, une page de biographie ou d’autobiographie qu’un poème ou un roman. Tout est dans l’art de l’écrit et son application. Une scène d’autobiographie peut nous sembler plus émouvante – il y a, chez le lecteur, un côté voyeur à la bio et l’autobio. Dans le roman, le lecteur doit lui-même s’investir, c’est autre chose – à moins qu’on parle de roman de gare ou hollywoodien, ou l’on ne cherche qu’à se divertir comme devant une émission télé. Mais oui, on peut fort bien distinguer ces grandes tendances que vous évoquez. Il reste que l’écriture comme la peinture est un art. On l’oublie trop souvent en raison du fait que les mots pullulent devant nous à longueur de journée et sont peinture à bâtiment comparée aux peintures des tableaux. Je rappelle enfin une expression du grand Shitao : l’objet de l’art n’est pas de représenter la réalité, mais de faire surgir les formes du chaos.

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      Generally speaking, I have certainly addressed a similar subject, or pretext would be a more appropriate word, in poetry and in novel form. But of course, they take on different forms, different formulations. They take a life unto themselves. I generally have a big picture when I start off. I may have a beginning. I may have an end. I may have a middle or bits and pieces, and as I start they give me directions. The old « negative » adage about « if you don’t know where you are going, any road will take you there », I find most useful in writing. It’s an experience. I find writing easy and to paraphrase an excerpt from one of my poems : find paper. pick up pen.
      I know this is quite general, but so is our format. Hope I may have touched upon some of your questioning.

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      Soyez à l’aise de revenir à la charge.
      Do not hesitate to reply to replies.

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      M. Lagacé. Je donnerai un autre exemple. Si l’on voit à la télé des images d’exécutions menées par des jihadistes, l’émotion crue, suscitée par ces images réelles est fort différente de celle suscitée par, disons, le tableau de Manet sur l’exécution de l’empereur Maximilien. L’oeuvre d’art vise autre chose. Au fond, elle est déjà commentaire. L’autobiographie est un genre qui révèle une intimité et sans doute des émotions. Tout de même, c’est de l’écrit. Il ne suffit pas de dire : Je suis sorti du métro, j’ai vu un sans-abri à qui j’ai parlé. Ça m’a touché. Il faut atteindre autre chose. Dans l’oeuvre de Bernard Mulaire, qui peut être évoqué ici puisque vous avez mentionné son nom, nous comprenons bien que c’est dans l’écrit de son souvenir que ça se passe, c’est par l’écriture que ça passe. D’ailleurs nous savons que la réalité absolue d’un souvenir est relatif. Le souvenir est déjà une réécriture d’un événement à toujours disparu. Le souvenir d’un incident peut toucher le lecteur dans sa charge émotive, mais c’est le « dire » de ce souvenir qui est tout : à la fois psychologique et linguistique.

    • Joy RenwickJoy Renwick
      Participant
      Post count: 16

      EXCELLENT! Merci.

    • Bruno LagacéBruno Lagacé
      Participant
      Post count: 4

      Alors, c’est l’émotion qui jaillit d’une écriture qui définit sa qualité?

    • Bruno LagacéBruno Lagacé
      Participant
      Post count: 4

      Donc, c’est la façon de le dire qui définit sa qualité … si j’ai bien compris.

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      Ça dépend ce qu’on entend par émotion. Il y a des émotions émotives, des émotions intellectuelles, des émotions esthétiques. Par émotion, je vois davantage un « magnétisme du texte ». Le but n’est pas de soulever l’émotion la plus excessive, autrement, comme je le disais précédemment, une description extensive, extrême d’une sordidité ou d’un érotisme serait le comble. On sait bien que les manchettes des journaux et les sujets des médias donnent principalement dans le négatif, car il est tellement plus facile de susciter ce sentiment chez le « client ». Les êtres, malheureusement, semblent se complaire à souffler sur les braises de leur enfer plutôt que de faire le saut de Kafka « hors du commun des mortels ». Tout le monde souhaite le paradis, mais peu croient vraiment au bonheur. Enfin, l’écriture soulève ou peut soulever la gamme des émotions, mais demeure à mes yeux un art auto-réflexif, et pour ma part un art heureux. Le texte de méditation est-il moins sensible que le poème du transport ? L’écriture est élastique : du pôle autobiographique au pôle fictif, mais il demeure que c’est de l’écriture.

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      C’est une façon louable de le dire. Mais l’écriture crée sa qualité.

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      Croyant que vous êtes sensible aux textes bibliques, aux sourates, peut-être même aux sûtras, je rappellerai simplement ceci, qu’il faut appliquer à l’écriture : Au commencement était le Verbe. Il n’y a rien avant et rien après. On entre dans l’écriture et on découvre sa magnificence. Je renvoie aussi à ceci : Le Dao qui peut être dit n’est pas le Dao éternel. Donc on peut en dire des choses, mais ce qui m’intéresse c’est le « dire » qui permet de dire. Évidemment, ça passe par les mille manifestations.

    • J.R. LéveilléJ.R. Léveillé
      Moderator
      Post count: 10

      Il reste 2 minutes d’AMA. À ceux qui ont participé et à ceux qui ont lu sans avoir écrit, merci d’avoir pris le temps de vous intéresser à ma parole, car le temps est précieux. Bonne vie à tous. Bonne lecture où que vous alliez. Les lecteurs sont les nouveaux auteurs de l’oeuvre.

Viewing 14 reply threads
  • The topic ‘AMA with J.R. Léveillé’ is closed to new replies.