Welcome Lounges AMA AMA with Louise Dandeneau

Viewing 23 reply threads
  • Author
    Posts
    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Ask Me Anything

      with Louise Dandeneau

      thin air winnipeg international writers festival international ecrivains logo

      Née à Saint-Boniface, Louise Dandeneau puise dans ses souvenirs de jeunesse pour créer ses histoires. Elle n’a jamais oublié ses racines humbles, mais riches en péripéties émotionnelles. Traductrice à Winnipeg, elle s’adonne à l’écriture, à la lecture et à la photographie dans ses heures de loisir. Elle est d’ailleurs membre de la Maison des artistes visuels francophones à titre de photographe. Au printemps 2016, elle a publié son premier livre aux Éditions du Blé, Les quatre commères de la rue des Ormes, un recueil de nouvelles qui jette un coup d’œil mordant sur la vie d’un quartier urbain.

      Louise Dandeneau grew up in St. Boniface, and apart from four years in Belgium, she continues to make that community her home. She is a writer and translator, but also an avid photographer with a membership in the Maison des artistes. She draws heavily on her own experience in her writing. In spring 2016, she published her first book, Les quatre commères de la rue des Ormes (Éditions du blé), a collection of stories that takes a biting look at life in the 1970s through four wives in an urban French neighborhood very much like Dandeneau’s own.

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Bonjour tout le monde, Après quelques hics techniques, je suis là! Je serai heureuse de répondre à toutes vos questions.

    • Karen San FilippoKaren San Filippo
      Participant
      Post count: 4

      Je me suis demandé quelle histoire commençait le sujet de la vengeance, et si vous étiez surpris par les nombreuses façons dont la vengeance se joue dans ces histoires?

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Vous voulez dire l’inspiration pour le recueil? Si c’est le cas, j’ai été inspirée par un film espagnol, Wild Tales, que j’ai visionné il y a quelques années. Le film regroupait six histoires courtes qui parlaient de vengeance.
      Oui, j’étais surprise de voir les diverses façons dont je pouvais exploiter la vengeance. Je n’ai pas pris les intrigues du film, mais j’ai trouvé mes propres sujets. Je suis toujours surprise par le goût de vengeance que peuvent avoir certaines personnes, sans le comprendre.

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      J’espère que j’ai répondu à la question, Karen?

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      La vengeance, comme tout sentiment négatif fort, me fascine. Je peux comprendre la colère et le ressentiment, mais aller de là jusqu’à agir en posant un acte de vengeance, c’est aberrant.

    • Karen San FilippoKaren San Filippo
      Participant
      Post count: 4

      Oui je m’intéresse toujours pourquoi les auteurs des histoires courtes veulent choisir ce genre. Il me semble tre
      s difficile de mettre en place les sentiments si diverse.

    • Marie T.Marie T.
      Participant
      Post count: 17

      Bonjour Louise! My apologies for not knowing French. I was curious about your work in translation. What do you find to be the most difficult part when you’re translating?

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Pour moi, il est plus facile de travailler avec des émotions négatives fortes. Cela a possiblement à voir avec l’endroit où j’ai grandi. Par contre, vu que ces émotions négatives (colère, tristesse, ressentiment, etc.) sont si fortes, il devient plus facile de les “manipuler”, si je puis dire, pour tisser des histoires autour d’elles. Comme vous l’avez probablement constaté aussi, je suis dans le concret, le quotidien. Les histoires que je raconte ne sont pas nécessairement compliquées, mais elle comporte souvent différents niveaux de sentiments et j’essaie de montrer différentes facettes des personnages.

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Bonjour Marie,

      Je suis à la retraite depuis presque trois ans. Je traduisais surtout dans le domaine de la santé, alors je dirais que la partie la plus difficile était de m’assurer que le patient ou la patiente comprenne bien la version française du texte. C’est-à-dire que les directives relatives à une chirurgie, par exemple, soient très claires, que les mots soient justes. Il est essentiel lorsqu’on écrit des textes informatifs que tout soit très clair.
      J’espère que j’ai bien répondu à votre question?

    • Joy RenwickJoy Renwick
      Participant
      Post count: 16

      I know you’re also a photographer. Do you see any similarities between how you frame a photo and how you frame a story?

    • Bernice FraserBernice Fraser
      Participant
      Post count: 21

      Bonjour Louise! Je m’excuse mon français n’est pas parfait. Vous avez mentionné que vous as trouve inspiration dans le film Wild Tales. Es-ce-que vous tourve inspiration dans les film beaucoup? Quelle d’auteur places trovez-vous inspiration?

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Bonjour Joy,

      J’adore votre question. Dans mon cas, j’aime bien photographier les détails. Je dirais alors que ma photographie et mon écriture se ressemblent parce que, dans les deux cas, je montre les détails (une branche, un pétale, etc. pour la photo; un personnage, un sentiment, etc. dans l’écriture). Je “zoome” sur ce qui m’intéresse le plus, sur ce qui m’intrigue le plus.

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Bonjour Bernice,

      Merci pour votre question. Wild Tales a été le tout premier film qui m’a inspirée. Normalement, je m’inspire d’histoires que j’entends, de personnes que j’observe, de sentiments que j’éprouve moi-même ou que d’autres éprouvent. Je trouve le plus souvent l’inspiration dans le quotidien, les situations de tous les jours. Je crois que c’est là où tout se passe pour moi. Wild Tales a été une exception pour moi.

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Je voulais aussi vous dire que vous n’avez pas à vous excuser pour votre français. Je suis touchée que vous soyez là, toutes, et que vous me posiez vos questions en français. 🙂

    • Taja HanineTaja Hanine
      Participant
      Post count: 2

      Bonjour! Je voulais juste savoir si tu penses que tu pourrais écrire avec les mêmes émotions en anglais que tu nous montre avec tes livres en français. Est-ce que tu trouves que ta passion linguistique est plus dans la langue française qu’en anglais?

    • Bernice FraserBernice Fraser
      Participant
      Post count: 21

      Quelles sont les conditions idéales pour écrire et comment commencez-vous à écrire quand c’est la dernière chose que vous voulez faire?

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Bonjour Taja,

      Merci pour votre question. J’ai remarqué que mes émotions s’expriment différemment en anglais qu’en français. Je ne saurais dire exactement pourquoi, mais votre question sur la passion linguistique est excellente. Il se peut fort bien que puisque je suis passionnée du français, les émotions s’affichent avec plus de clarté. Vous êtes la première personne à me parler de passion linguistique et cela me fait penser que c’est peut-être pour cette raison que je m’exprime avec plus d’aise en français. C’est ma langue de choix. Cela dit, j’ai déjà publié de brefs poèmes (tanka, une forme japonaise) en anglais et j’ai pu faire transparaitre mes émotions. J’ai aussi écrit des nouvelles (short stories) en anglais (non publiées) et les émotions étaient exprimées parfois d’une manière plus crue. Merci de m’avoir fait réfléchir à cela.

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Bonjour Bernice,

      Les conditions idéales pour moi sont le silence et la solitude. Par contre, quand je n’ai pas envie d’écrire ou qu’il est difficile de démarrer l’écriture, je procrastine beaucoup! Je nettoie des placards, je lis, je fais de petites choses qui peuvent attendre. Je me mets à écrire, je me l’impose, quand je vois que je vais mal. C’est-à-dire quand je me sens déprimée, frustrée, voire fâchée. Là, je me dis que j’ai reporté trop longtemps l’écriture et je m’y mets. Je n’ai pas la discipline pour écrire chaque jour, bien que j’écrive des haïkus chaque jour, parce que je veux être libre dans mes mouvements. J’espère avoir répondu à votre question?

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Je découvre que la créativité (dans mon cas, surtout l’écriture, mais aussi la photographie) est devenue un besoin essentiel, même si je n’ai pas des tonnes de discipline. J’adore écrire! J’ai besoin d’écrire! J’ai besoin d’avoir un projet d’écriture sur la planche.

    • Louise DandeneauLouise Dandeneau
      Moderator
      Post count: 14

      Si vous avez d’autres questions à me poser, n’hésitez pas à communiquer avec moi à louisedandeneau63@gmail.com.

      Merci d’avoir été là!

      Bonne soirée.

    • GrégoireGrégoire
      Participant
      Post count: 2

      Bonjour Louise,
      J’ai une question pour toi. Combien de fois as tu commencé et abandonné une histoire à cause l’idée ou les charactères ne te résonne plus?

    • GrégoireGrégoire
      Participant
      Post count: 2

      Bonjour Louise,
      J’ai une question pour toi. Combien de fois as tu commencé et abandonné une histoire à cause l’idée ou les charactères ne te résonne plus?

    • Taja HanineTaja Hanine
      Participant
      Post count: 2

      Merci beaucoup. C’est très intéressant pour moi de voir comment une langue peut tenir tellement d’émotions, surtout pour ceux qui peuvent le mettre si bien sur papier!

Viewing 23 reply threads
  • The topic ‘AMA with Louise Dandeneau’ is closed to new replies.